ONG DAPI-BENIN

(Dispensaire Ami des Prisonniers et des Indigents)

02 BP 526 Bohicon

Tél: +229 22 15 39 80

      +229 97 02 30 07

ongdapibenin@yahoo.fr

 

 

LAUREAT 2013 DU PRIX DES DROITS DE L'HOMME

DE L'AMBASSADE DE FRANCE AU BENIN

             

 

 

 

     DAPI-FRANCE

             69630 Chaponost

        Tél :+ 33 6 09 69 54 42

        sydapibenin@gmail.com

       

 

Un seul nom :  DAPI,

 

Une seule volonté :

 

aider les prisonniers et leurs familles.

Rapport moral de la présidente Sylvie Daubignard

 

Bonsoir

L’année 2015 a été celle de  la création de DAPI-France,  2016 celle de son envol.

 

En effet, nous sommes à ce jour 25 membres dont plus de la moitié sont très actifs au sein de l’association. Nous avons doublé nos dons à DAPI-Bénin et nous sommes maintenant reconnus au Bénin par nos partenaires. Nous avons développé notre communication interne et externe.

Il nous reste donc à travailler pour que l’année 2017 soit celle de la confirmation de notre solidité associative et financière.

 

Voici donc les réalisations 2016 de DAPI-France.

 

Dans les prisons béninoises.

 

Lors de mes 4 séjours au Bénin, j’ai personnellement développé  avec les régisseurs de trois prisons (Abomey, Lokossa et Porto-Novo) des relations privilégiées qui permettent d’effectuer un travail régulier et conséquent dans ces établissements pénitentiaires.

A Abomey, par le biais de notre représentante Madeleine, DAPI-France a  apporté tous les mois  aux femmes incarcérées (autour de 70) 150 kilos de riz à se partager plus 1 savon et 1 sachet de lessive par femme. Les mineurs bénéficient aussi des mêmes prestations. Dans cette prison, il existe une maison des mamans où je suis intervenue pendant mes séjours en tant que médecin avec contrôle du bon état de santé des enfants vivant en prison, notamment du bébé Sylvain né le 17 septembre 2016. Madeleine et moi, nous avons organisé à 3 reprises un goûter au sein de la Maison des mamans.

 

 Lors du dernier séjour en décembre 2016, DAPI-France a fourni quatre bassines à lessive aux femmes et deux aux mineurs, en sus des 3 balais-brosses trimestriels  pour la cour des femmes. Chaque séjour me permet en effet d’identifier des besoins précis, indispensables à la vie quotidienne, et permet à DAPI-France de corriger des manques criants tant sur le plan alimentaire que sur le plan sanitaire. Lors de plusieurs séjours, des fournitures de médicaments de première nécessité ont permis à l’infirmier de la prison de pouvoir exercer son sacerdoce de façon efficace. Un travail a été réalisé aussi auprès des mineurs, aide psychologique, apport de cahiers pour faire des dessins, apport de lecture comme des  journaux de football toujours bien accueillis.

La régularité de nos prestations à Abomey a permis de poser DAPI-France comme un interlocuteur fiable. Il est à noter que toutes  ces interventions se font sous le nom de DAPI de manière à présenter le travail effectué par DAPI-Bénin et DAPI-France comme celui d’une seule entité, ce qui permet d’une part d’avoir le sésame pour rentrer en prison aux membres de DAPI-France, d’autre part pour ne pas laisser en reste l’association mère qu’est DAPI-Bénin.

 

A Lokossa, des relations amicales se sont même instaurées avec la régisseure et le gardien chef.  Deux machines à coudre ont été fournies en mars 2016 pour un atelier de couture dans la prison et des bassines et autre matériel pour fabrication de beignets ont été livrés aux femmes de cette prison permettant de dégager un petit revenu à ces prisonnières.  Cela a été confirmé lors du séjour suivant, qui a permis aussi de vérifier le bon fonctionnement de l’atelier de couture.

Ces séjours 3 à 4 fois par an effectués sur place s’avèrent indispensables à un suivi régulier des projets lancés lors des séjours précédents. Chaque passage à la prison de Lokossa a permis de délivrer savon et lessive à chaque femme et à chaque mineur pour deux mois.

 

A Porto-Novo, c’est la bibliothèque créée par le gardien chef qui est au cœur de nos projets avec cet établissement. Des livres ont été apportés en septembre et en décembre pour compléter un fond initial d’une cinquantaine d’ouvrages. Un travail de sélection des ouvrages intéressant  les prisonniers va se faire durant le premier semestre 2017 en collaboration avec les autorités pénitentiaires.

 

L’internat des enfants.

 

DAPI-France comme en 2015 a durant toute l’année 2016 pourvu à l’alimentation des enfants. Tous les séjours réalisés confirment la bonne santé physique et morale de ces internes, heureux de vivre. Les échanges entre l’école Anatole France de Vénissieux et l’internat de DAPI-Bénin se sont poursuivis toute l’année 2016 et rencontrent un franc succès tant à Vénissieux qu’à Bohicon.

 

Ces excellentes relations avec les autorités pénitentiaires se sont concrétisées par l’excellent accueil qu’elles ont réservé à Elsa Krim, notre membre de DAPI-France, médecin à Pau, qui m’a accompagnée lors de mon séjour en décembre 2016. Elsa étant médecin comme moi, nous avons rencontré les infirmiers des trois prisons en les interrogeant sur leur pratique, sur les carences tant en médicaments qu’en formation qu’ils rencontrent, tout cela dans le but de réaliser un programme santé porté par DAPI-Bénin.

 

 

En effet, DAPI-France a de nombreux projets pour l’année 2017.  

 

En premier lieu, pérenniser les activités actuelles :

-          nourriture des enfants de l’internat ;

-          poursuite de la délivrance des produits d’hygiène à Abomey et Lokossa ;

-          poursuite de l’aide nutritionnelle aux femmes et aux mineurs à Abomey, et en particulier aux enfants (fourniture du lait maternisé à Sylvain au moment de ses deux mois, le relais ayant été pris ensuite par le service social du tribunal) ;

-          poursuite des partenariats scolaires entre Vénissieux et Bohicon et développement d’un partenariat entre une école d’un village de la banlieue de Pau et l’internat.

 

De nouveaux projets doivent naître aussi cette année :

-          le projet « Re-Vivre » développé par DAPI-Bénin, projet d’aide à la réinsertion des prisonniers. Notre aide sera essentiellement logistique lors de mes trois séjours prévus en 2017. Aucune aide financière n’est prévue.

-          un ambitieux projet de santé en milieu carcéral. En effet, l’Union Européenne a programmé entre 2014 et 2020 une somme de 244 millions de francs CFA destinée à aider le monde de la justice au Bénin. Un projet sur une meilleure gestion de la santé en prison va être développé par Elsa et moi-même lors de ce premier semestre 2017. Il répond à un besoin réel des prisons, déjà identifié par l’Etat béninois qui a demandé à Expertise France de réaliser une enquête lors de l’été 2016 sur ce thème. Elsa et moi avons pu avoir accès à l’enquête réalisée et nous allons essayer d’anticiper la réalisation d’autres projets que le nôtre pour bénéficier d’une partie de cette manne financière. En effet, nous sommes convaincues qu’une collaboration étroite entre les infirmeries des prisons et DAPI-Bénin pourrait permettre, grâce à ce projet, d’aboutir à une amélioration certaine des soins en milieu carcéral qui sont actuellement souvent défaillants. Les infirmiers interrogés montrent une réelle volonté d’effectuer un travail de qualité mais n’en ont aucun moyen.

Il est convenu avec les infirmiers des prisons de Lokossa, Abomey et Porto-Novo de faire un audit sur trois mois avant de formaliser l’offre à l’Etat béninois.

-          le projet « Patte de lapin ou Cuisse de poulet ». En septembre 2016, la régisseure et le gardien chef ont demandé le financement d’un élevage de poules effectué par les prisonniers. J’ai proposé également un élevage de lapins, compte tenu des connaissances tant personnelles que pratiques de ce type d’élevage au Bénin. En décembre 2016, il m’a été produit un devis pour ces deux réalisations et l’année 2017 va donc être celle de l’opération « Patte de lapin ou Cuisse de poulet » qui remplace l’opération « Savon » de 2016 ayant rapporté 1067 euros.

-          le projet de finalisation de la cuisine-réfectoire de l’internat et des chambres des garçons, projet commencé avec l’aide de la fondation Bel et resté actuellement en suspens faute d’argent.

 

Un ensemble de projets ambitieux qui va nécessiter toute notre énergie pour être mené à bien sachant qu’il est prévu que l’installation des élevages et l’amélioration de l’internat se poursuivront sur 2018.

 

Je souhaite terminer ce rapport moral en évoquant l’énorme travail de communication que nous avons réalisé en 2016 :

-          8 newsletters dont tous approuvent la qualité, une toutes les 6 semaines ;

-          un contact établi avec le responsable du Pôle Afrique de la Métropole de Lyon, ce qui a permis de réaliser une séquence d’information sur notre travail auprès du groupe Bénin des Cités Unies de France, ensemble de municipalités partenaires avec des villes béninoises. Ces contacts seront réactivés dans l’année ;

-          une prestation à Chaponost  au forum des associations en septembre ;

-          une exposition de photos sur DAPI dans le hall de la médiathèque de Chaponost pendant les trois semaines qui ont précédé notre spectacle des enfants conteurs du Bénin ;

-          une conférence à la faculté de droit Lyon 3 ;

-          une présentation de DAPI en association avec celle d’un travail fait au Togo, à la librairie Raconte-moi la terre.

Sur internet, le site de DAPI est régulièrement mis à jour et la page Facebook commence depuis le début de l’année à avoir ses abonnés. Le travail de communication jouit de l’aide de deux groupes d’étudiantes en première et deuxième année de DUT Information et Communication.

 

Enfin, DAPI-France a adhéré à l’association chaponoise Collectif Vents du monde qui prend en charge la réalisation du festival Vents du monde du 27 mars au 8 avril 2017. Cette participation va permettre de nous faire davantage connaître à Chaponost et de participer à la course du monde des collégiens, évènement destiné à rapporter de l’argent aux associations humanitaires du collectif. DAPI-France va réaliser, comme les autres associations chaponoises, une série de sensibilisations dans les classes primaires et secondaires.

 

Tous ces projets, toutes ces actions, vont nécessiter de nous tous beaucoup d’énergie et je souhaite que chacun s’investisse dans la mesure de ses moyens afin de les mener à bien. Je reste disponible pour accompagner dans son voyage sur place tous les membres qui le souhaitent et je remercie Marion qui viendra avec moi en avril. Merci aussi à vous tous de soutenir notre association.

Approbation est donnée au rapport moral à l’unanimité.

 

Budget de l’association DAPI-FRANCE année 2016

Daniel Serant, trésorier

Par rapport à l’année 2015 les faits nouveaux impactant l’exécution budgétaire sont, au niveau des recettes, la mise en place progressive des dons par versements mensuels de 10 (10 à ce jour), au niveau « recettes/dépenses » l’accueil en Juillet de la troupe « Caravane du Bénin » à l’auditorium de Chaponost.

Compte de résultat :

Produits : 5729.9  € décomposés en :

-          Adhésions : 250 €  (25 adhérents)

-          Dons : 5419.9 €   dont :

o   770€ au titre des versements mensuels

o   655€ recettes spectacle auditorium

 

 

Charges : 5493.39 €  décomposés en :

-          Dons au bénéfice de DAPI-BENIN : 4715 € (contre 2500€ en 2015) (*dont 405€ sont rattachés à l’exercice (mission Décembre : paiement en 2017 )

-          Spectacle Auditorium de Chaponost : 450 € (sont 400€ de cachets)

-          Fournitures pour activités : 238.39€

Frais bancaires

85.50 €

Assurance association

50.89 €

Cotisation Vent du Monde

15.00 €

Exposition photo

147.00€

 

Résultat de l’exercice (différence entre produits et charges) : 266.51€

 

Bilan : (Le bilan représente l’état financier au 31/12/2015 de l’association. Le passif représente les ressources et l’actif l’emploi de ces ressources.)

Passif : Résultat cumulé : 897.50€ (2015)+ 266.51(2016)=1164.01€

 

Actif : Trésorerie Crédit Mutuel : 1569.01€ (crédit au 31/12/2016)-405€

(*à rattacher à l’exercice) soit 1164.01€